TEXTES LITTERAIRES

Il faut que je vous dise

 

je me sens seul

j'ai peur

 

la psychiatrie

poura t-elle faire

que je me sente moins seul

 

les piqûres, le travail social, les protocoles, le médical

nous aident-ils a être moins seuls ?

 

de la misère j'en ai vu

a l'hôpital psychiatrique

 

certains refusent la réalité

ils se réfugient dans leur délire

un monde où ils peuvent rire

un monde où ils sont rois

un monde où ils sont des gens importants

 

les autres

ils m'épuisent

j'aimerais vivre seul

dans une cabane au fond des bois

 

mais j'ai choisi de me soigner

de prendre ces foutus médicaments

 

dès lors je fais des choses

je parle avec les autres

j'ai presque une vie sociale

 

mais à quel prix ?

 

Aux prix des angoisses

comme si on enfonçait un sceau dans un autre

alors qu'ils ne vont pas ensemble

 

je me compare aux autres

certains semblent voler avec tant d'aisance

ils n'ont pas l'air

de douter, de culpabiliser

comme moi

d'autres vont mal

beaucoup de gens vont mal

 

vivait-on vraiment mieux pendant les 30 glorieuses ?

 

Je suis sûr qu'on vivait beaucoup mieux

dans les sociétés primitives (communistes)

car tout simplement

l'individu n'existait pas

et il n'y avait pas d'inégalités économiques et sociales

puisqu'on vivait de chasses et de cueillettes

 

mais parlons d'aujourd'hui

je me sens si incapable

j'ai tout le temps peur

à part quand j'écris

ou quand je fais l'amour

 

vous savez les psychotiques

ne sont pas si gentils que ça

avec leur folie

ils peuvent

d'un coup

vous laisser seul

sans aucunes raisons

 

mais la folie n'est qu'un mot

il y a pleins de façons

très différentes

de vivre sa psychose

 

on entend surtout parler

des fous qui vont mal

mais ceux qui ont eu la chance de s'en sortir

ne veulent plus jamais en entendre parler

et cachent leur folie

ils ne le disent à personne

 

moi je le dit au monde

enfin non

je ne le dis pas à tout le monde

en tous cas je ne dit pas « nous »

très souvent je dit « ils »

 

Au fait, suis je comme vous ?

Y'aurait il deux sortes d'êtres humains

d'un côté les névrotiques

et de l'autre les psychotiques ?

J'ai des difficultés

je déprime

je délire

je ne m'adapte pas

je fume beaucoup trop

je perds patience

je m'énerve

je bois trop de café

je veux mourir

je n'aime pas la vie

je hais le capitalisme

je n'arrive pas à me lever le matin

 

alors ils m'ont rangé dans la catégorie des psychotiques

 

pourquoi pas ?

Classer les choses, faire des nosographies

peut aussi permettre d'y voir plus clair

 

en tous cas cela ne m'a pas permis

d'aller mieux

 

qu'est ce qui me permettrait

d'aller mieux ?

 

Souvent je réfléchis

beaucoup trop

car l'imagination j'en ai plein

beaucoup trop

mais ça ne suffit pas pour vivre

de réfléchir

 

il faut aussi réussir

dans la vie

il faut avoir des amis

une copine très belle

une vie riche

voyager

avoir une grande maison

avoir une passion

avoir confiance en soi

être épanoui

tout ceci sont des valeurs et des normes sociales

plus vous vous en écarterez

plus vous vous rapprocherez de la folie

 

bien sûr on peut devenir fou d'un coup

alors qu'on est bien intégré

un changement d'environnement et hop

 

mais je vous conseille

de ne pas rester longtemps fou

car l'isolement vous rendra encore plus fou

 

c'est bizarre de trouver les fous dangereux

beaucoup sont si innocents

bien sûr, comme tout le monde

si on les maltraite

ils peuvent devenir violents

 

des gens se sont laisser aller

à leur déprime

à leur fantasmes

à l'alcool

ils ont finis à l'H-P

laisser aller ?

Ou abandonnés ?

 

On nous dit

que nous sommes hospitalisés

pour nous protéger

pour nous mettre à l'abris

mais alors que faites vous

de tous ces gens qui dorment dehors

n'aurait-il pas besoins, eux aussi

d'un asile ?

 

Vous savez le pire

c'est que quand je suis avec les fous

parfois, leur folie reflète tellement la miene

que du coup, je me sens faible, si faible

 

il paraît que pour être en

bonne santé mentale

il faut mentir

le psychotique n'y arrive pas

le névrosé y arrive

 

il paraît que tout le monde

a quelque chose qui cloche

mais seulement la cloche aux délires

celle qui trouble l'ordre

celle qui trouble la nuit

celle qui trouble le devoir de vivre

celle qui trouble vos « petits arrangements »

celle qui trouble le silence

celle qui touble la lâcheté

celle qui trouble la facilité

celle qui trouble les moutons

celle qui trouble vos vies bien rangés

celle qui troubles les chefs

celle qui trouble toute cette hypocrisie

celle qui trouble vos vies

 

seulement celle là est réprimée

 

                                                                                                                                          Erwan

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now